Peugeot 508 : double essai de la routière forte en caractère !

Ambitieuse, la nouvelle représentante du haut de gamme Peugeot porte les objectifs du lion sur le marché des grandes routières. Pour se faire une place parmi les références allemandes du domaine, Peugeot a revu le design de la 508 tout en développant de nouveaux moteurs. Oubliez le premier modèle 2011 au design basique, place au nouveau style Peugeot. Le lion se l^ache et son coeur bat plus fort. Voici nos essais des 508 2.2L HDi 200 et 508 SW 1.6L THP 165.

C’est à Palma de Majorque, sous un magnifique soleil, que nous avons découvert la nouvelle Peugeot 508 après sa révélation du 18 juin dernier organisée à Londres, tout un symbole. Après 3 ans de parcours, la 508 se voit donc offrir une nouvelle robe. Niveau design, les différences entre la première 508 et celle de 2014 sont si importantes qu’une décennie semble séparer aujourd’hui les deux modèles. L’avant de la berline en est le principal exemple avec entre autres : une nouvelle calandre massive et allongée qui intègre le logo félin, un capot plus droit et des feux étirés. Ces derniers sont à technologie 100% LED et font ressortir la fameuse encoche découverte sur la 308. Plus bas, les inserts chromés, équipés de 44 LED, soulignent l’ensemble et allègent subtilement le nouveau visage de la 508 qui gagne en classe. Sans oublier les projecteurs antibrouillards discrètement implantés.

Peugeot-508-10

Le dessin des flancs de la berline du segment D suivent ce même concept Premium. Plus équilibrée et homogène, la nouvelle 508 renforce son image gr^ace à une ligne qui s’étire horizontalement de l’avant vers l’arrière. L’aspect mastodonte de la 1ère génération de 508 est également gommé par un nouveau coup de crayon donné à la malle, redessinée et positionnée à la même hauteur que le capot avant. Quant à l’arrière de la “féline”, c’est simple et efficace. Ainsi la 508 dégage une fort charisme, un total bénéfice pour inscrire la routière francaise dans les normes esthétiques établies pas les allemandes.

Peugeot-508-11

Au global, le look de la 508 marque la fin du complexe d’infériorité de Peugeot face à la concurrence étrangère, il suffisait de se l^acher, d’y croire. Peugeot se donne maintenant les moyens de séduire une clientèle très exigeante composée de familles aisées ou de dirigeants d’entreprises. Le temps de la 508 percue comme une familiale standard est révolu surtout quand on sait que le millésime 2014 gagne 18 mm pour atteindre des cotes plus imposantes : 4,83 mètres de longueur pour la berline et la SW à 1 mm près.

Peugeot-508-8

Pour commencer nos essais routiers, place à la 508 2.2L HDi dans sa configuration 200 chevaux. Les particularités de cette version GT résident dans sa bo^ite automatique à 6 rapports de série et son moteur labellisé Euro 5 , le plus puissant de la gamme. Suralimenté par un turbo, il offre à la berline de 1 540 kilos et un gain de puissance intéressant. Les lacets montagneux et les virages en épingle des routes de Palma de Majorque ne sont certes pas le terrain de prédilection pour une “grosse” routière mais gr^ace à cette puissance considérable de 200 chevaux, la nouvelle 508 s’en sort bien. Au volant, on ressent en effet la masse importante du véhicule synonyme d’un maximum de confort et d’une tenue de route irréprochable sur routes et autoroutes, comme nous avons pu également le constater. Sur les routes sinueuses de l’^ile, c’est bien les qualités du ch^assis de la berline qui ressortent. Sur ce point, on ne change pas une équipe qui gagne, tel est le leitmotiv de Peugeot. Les suspensions de la 508 étant repris du modèle lancé en 2011, à savoir un train avant à double triangle à pivot (versions diesel puissantes) et à multibras pour l’arrière. Cela a permis à Peugeot de se concentrer sur une meilleure finition, un assemblage d’une qualité nettement en hausse, sans augmenter considérablement les co^uts de développement de la nouvelle 508.

Peugeot-508-9

La force de la 508 2.2L HDi de 200 chevaux réside dans sa réactivité lors des dépassements, l’apport du turbo est sur ce point considérable. Les reprises sont franches et la routière devient alors beaucoup plus agile que sa devancière. Cela compense le léger manque de réactivité de la bo^ite de vitesses automatique BVA6. C^oté confort, les progrès réalisés par le constructeur francais sont impressionnants. Encore plus proche des allemandes sur cet aspect, la 508 2.2L HDi GT ne souffre que très peu du malus écologique avec seulement 140 grammes de CO2 émis au kilomètre et sa consommation est l’une des plus faibles du segment : 5,3 l/100 km (cycle mixte), 4,4 l/10 km (cycle extra urbain), 7 l/100 km (cycle urbain). Niveau performances, la 508 GT diesel peut atteindre 234 km/h et elle réalise le 0 à 100 km/h en 8,2 secondes.

Peugeot-508-17

D’une norme à une autre, passons à l’essai de la 508 SW 1.6L THP 165. Son bloc Euro 6 de dernière génération prend place pour la première fois sur une Peugeot. Technologiquement, le choix d’un turbo twin scroll est un gage de performances et apporte un gain significatif de puissance à bas régime au bloc à injection directe. Du coup, on a réellement l’impression de conduire une citadine et non un break, bluffant. Ces propos sont néanmoins à pondérer du fait que notre essai s’est déroulé à vide, sans passagers à l’arrière ni bagages dans le coffre. La meilleure illustration que l’on puisse faire pour imager ce propos est celle de la 508 avec en arrière plan un décor de haut vol. Même si nous n’avons pas disposé de la toute nouvelle bo^ite automatique EAT6, ultra-rapide aux changements de rapports, et qui est disponible sur la nouvelle 508, la bo^ite manuelle de notre voiture d’essai ne souffre d’aucun défaut, bien au contraire. Sa commande est précise, et couplée à notre étonnant moteur, la 508 SW se joue des courbes très serrées et des c^otes de Palma de Majorque. Les performances et les autres chiffres offerts par la 508 SW 1.6L THP 165 sont très attractifs : 130 grammes d’émissions au km (zéro malus) et 5,6 l/100 km de consommation en cycle mixte.

Peugeot-508-15

Concernant l’habitacle de la nouvelle 508, seulement deux nouveautés : l’écran tactile de 7″ qui regroupe la majorité des fonctions et un nouvel espace de rangement situé dans la console. L’ambiance intérieure de l’auto est sobre même s’il faut noter un gain de qualité dans le choix des matériaux utilisés. C’est sur cet unique point que la différence avec les allemandes se fait le plus sentir sauf si on opte pour une sellerie cuir de très bonne facture. Les nouvelles technologies embarquées bonifient en revanche la 508 comme la caméra de recul, la détection des angles morts et les applications Peugeot Connect dont nous apprécions la très utile Coyote. La vision tête haute (HUD) fait aussi son apparition mais les petits gabarits ne pourront hélas en profiter.

Peugeot-508-14

Nouveau look Premium, efforts considérables sur la finition, multiples possibilités de motorisations essence ou diesel dont les nouveaux Euro 6, bo^ite (magique) de vitesses ETA6, confort optimal, tels sont les arguments forts proposés par Peugeot à travers sa nouvelle 508, voiture sérieuse qui s’affirme pleinement. Très bient^ot la famille 508 s’agrandira avec la version inédite allroad, la 508 RXH (en photo ci-dessous) équipée par l’ensemble moteur/bo^ite 2.0L BlueHDi 180 EAT6, déclinaison break de l’HYbrid4. La “lionne” RXH aux griffes lumineuses sera commercialisée en novembre. Sa motorisation sera donc double : thermique diesel et électrique. Le reflet de cette routière hybride typée tout-terrain cache des qualités que l’on a h^ate de découvrir. Son tarif débutera à 43 000,00 EUR alors que la 508 s’affiche en tout premier prix à 24 750,00 EUR et la SW à partir de 25 950,00 EUR.

Peugeot-508-2

Texte : Frédéric Lagadec

Essais : Frédéric Lagadec et Thoma K. de Chessé

Photos : LesVoitures.com

Peugeot-508-6

Peugeot-508-4

Peugeot-508-5

Peugeot-508-1

Peugeot-508-12

Peugeot-508-13

Peugeot-508-17




  • Peugeot



LES VOITURES


Share

About Author